A quel point la qualité, la taille du contenu et la profondeur impactent-elles les performances SEO ? My Ranking Metrics l’a mesuré en 2020 sur 118 millions de pages de ~17000 sites ainsi que les 5,5 milliards de visites générées par le référencement naturel.

Cette étude d’une ampleur inédite en France a été effectuée en octobre 2020. Elle a porté sur 118 millions de pages de ~17000 sites ainsi que les 5,5 milliards de visites générées par le référencement naturel.

Certaines corrélations sont connues des habitués, mais par exemple à quel point la profondeur impacte-t-elle les performances SEO ? My Ranking Metrics l’a mesuré !

Vous verrez que les chiffres parlent d’eux mêmes et indiquent les caractéristiques des pages les plus performantes… à vous de vous en inspirer sur vos sites 😉

Voici le sommaire :

  1. Importance de la profondeur des pages
  2. Importance de la qualité des pages
  3. Importance du contenu texte au coeur des pages
  4. Infographie

Importance de la profondeur des pages

Votre référenceur a-t-il raison de vous recommander d’éviter d’avoir des pages trop profondes ?

Pour répondre à cette question en faisant « parler les données », nous avons calculé la profondeur des 118 millions de pages de notre panel. Il s’agit d’une mesure très répandue qui consiste à compter le nombre de clics nécessaire sur des liens pour atteindre une page (en partant de la page d’accueil).

Nous avons ensuite regardé quelles pages ont généré le plus de visites en référencement naturel (5,5 milliards de visites dans notre panel).

Le graphique ci-dessous indique les résultats obtenus :

💡 Nous vous proposons un tuto complet en vidéo expliquant toutes les optimisations de la profondeur des pages pour le SEO.

Envie d’apprendre à optimiser la profondeur ? Consultez le tuto vidéo

Importance de la qualité des pages

Votre référenceur a-t-il raison de vous recommander d’éviter d’avoir des pages de mauvaise qualité ?

Pour répondre à cette question en faisant « parler les données », nous avons analysé les 118 millions de pages de notre panel selon plusieurs critères (rapidité du téléchargement HTML, contenu, bons titres et bon maillage, absence de liens cassés, etc.). Pour chaque page, nous en déduisons son QualityRisk. Il s’agit d’une valeur entre 0 (aucun problème selon RM Tech) et 100 (le maximum possible). Concrètement, nous recommandons d’avoir un QualityRisk de 0 ou au moins de ne pas dépasser 20.

Nous avons ensuite regardé quelles pages ont généré le plus de visites en référencement naturel (5,5 milliards de visites dans notre panel).

Le graphique ci-dessous indique les résultats obtenus :

En analysant 118 millions de pages sur 17573 sites ainsi que les 5,5 milliards de visites générées en SEO, nous avons obtenu les résultats suivants (à partager sur Twitter) :

Les pages à QualityRisk = 0 génèrent en moyenne 12,5 fois + de visites SEO que celles avec QualityRisk > 20Click to Tweet

Cela nous inspire 2 questions pour vous :

  • où vous situez-vous ? (quel est le QualityRisk de vos pages)
  • qu’attendez-vous pour obtenir un QualityRisk de 0 sur vos pages ?
Envie de tester QualityRisk tout de suite ? Demandez un pré-audit gratuit

Importance du contenu texte au coeur des pages

Les rédacteurs web (et votre référenceur !) ont-ils raison de vous recommander d’investir dans le contenu éditorial ? Est-ce vraiment rentable d’un point de vue SEO ?

Pour répondre à cette question en faisant « parler les données », nous avons étudié le contenu éditorial des 84 millions de pages de notre panel.

Comme vous sans doute, nous savons qu’il ne faut pas se baser sur le nombre total de mots dans la page HTML comme le calculent certains outils : ça n’a aucun intérêt. Il faut se concentrer sur la partie dédiée au contenu spécifique de chaque page.

Nous avons donc utilisé l’indice de gravité de manque de contenu calculé par notre outil pour chaque page. En effet, RM Tech tente de repérer les pages dont le contenu central est trop court.

  • Une page sans problème à ce niveau a un indice de 0 : c’est ce que nous recommandons à tous
  • Une page avec trop peu de contenu texte dans la zone centrale a un indice entre 1 (pas trop grave) et 100 (le pire).

Nous avons ensuite regardé quelles pages ont généré le plus de visites en référencement naturel (5,5 milliards de visites dans notre panel).

Le graphique ci-dessous indique les résultats obtenus :

En analysant 118 millions de pages sur 17573 sites ainsi que les 5,5 milliards de visites générées en SEO, nous avons obtenu les résultats suivants (à partager sur Twitter) :

Les pages avec contenu texte suffisant (zone principale) génèrent 3,9 fois + de visites SEO que celles qui en manquentClick to Tweet

Nous vous posons à nouveau ces 2 questions :

  • où vous situez-vous ? (quel est le manque de contenu de vos pages)
  • qu’attendez-vous pour éliminer tous les manques de contenus sur vos pages ?
Envie de repérer vos pages pauvres en contenu ? Demandez un pré-audit gratuit

Une fois que vous aurez repéré les pages stratégiques qui manquent pourtant de contenu, nous vous conseillons fortement d’enrichir le contenu situé dans la zone principale. Si vous n’avez pas les ressources internes, faites appel à des rédacteurs web, ils font ça très bien. Faites-nous confiance : votre investissement sera largement rentabilisé. C’est une excellente façon d’améliorer votre référencement.

Infographie

Vous pouvez publier ou partager cette infographie où vous voulez, y compris sa version haute résolution disponible ici.

Merci d’inclure un lien vers cet article !

Etude SEO 2020 My Ranking Metrics
Infographie de l’étude SEO 2020 par My Ranking Metrics, portant sur la qualité intrinsèque de la page, la taille du contenu éditorial propre à la page et sa profondeur

Remarques :

L’avantage de gérer la plateforme My Ranking Metrics, c’est d’avoir accès à des big data. En l’occurrence, voici quelques chiffres à partager via Twitter :

Etude de 118M pages issues de +17000 sites audités avec #RMTech et des 5,5 milliards de visites générées en SEOClick to Tweet

La page d’accueil de chaque site a été exclue de l’analyse. Ceci a évité d’inclure des visites générées par la force de la marque (ou du nom du site) et non du référencement naturel à proprement parler.