Ces derniers temps, nous avons amélioré RM Tech, notre outil d’audit SEO en ligne, en ajoutant pas mal de choses… Sans doute ne les avez-vous pas toutes vues !

Le score RM Tech

D’abord, une fonctionnalité que vous avez été très nombreux à nous demander… Nous calculons désormais un score global d’optimisation SEO pour chaque audit. Issu d’un calcul tenant compte de plusieurs dizaines de critères on site, il est situé entre 0 (site très mauvais) et 100 (site très bien fait).

Grâce à ce score, en 2 secondes vous avez une idée du potentiel d’amélioration du référencement d’un site. C’est hyper apprécié des prestataires qui font un audit pour un prospect…

Score RM Tech
Le score RM Tech est une note globale (sur 100) représentant le degré d’optimisation SEO pour les critères on-site étudiés par RM Tech

Etes-vous plutôt dans le rouge, l’orange ou le vert ?

Obtenez gratuitement le score pour le site de votre choix en lançant un nouvel audit RM Tech

Les 5 autres nouveautés RM Tech

Ces derniers temps, voici ce que nous avons également ajouté ou modifié pour améliorer RM Tech…

Fichiers robots.txt et URL bloquées

Le rapport indique la liste de tous les sous-domaines rencontrés. Pour chacun, nous testons si le fichier robots.txt existe (nous fournissons son code HTTP) ainsi que le nombre d’URL bloquées. Les annexes détaillent les URL recevant des liens internes follow et pourtant bloquées au crawl.

Voici un exemple qui montre que ce récapitulatif est très utile :

Liste des fichiers robots.txt
RM Tech liste les fichiers robots.txt (et donc les sous-domaines) ainsi que leur statut HTTP (existent-ils ?) et le nombre d’URL bloquées

Bilan des codes HTTP par protocole (HTTP/HTTPS)

Par défaut, RM Tech crawle aussi bien les URL en HTTP qu’en HTTPS, s’il en trouve. Un premier bilan indique la répartition des URL trouvées par protocole :

Répartition des URL par protocoles
RM Tech indique le nombre d’URL trouvées en HTTP et en HTTPS

Le bilan des codes HTTP de toutes les URL rencontrées précise désormais le détail par protocole. Par exemple si vous avez passé votre site en HTTPS, vous verrez très vite s’il reste des liens internes vers des URL en HTTP (et quel code HTTP elles obtiennent). Voici un exemple :

Codes HTTP par protocoles
RM Tech détaille tous les codes HTTP obtenus avec la distinction HTTP/HTTPS

Analyse du maillage interne

Jusqu’à présent, nous faisions uniquement une analyse de la profondeur des pages (avec un algorithme maison qui détermine la profondeur maximale recommandée pour chaque site).

Nous avons ajouté une analyse du nombre de liens entrants internes follow dont bénéficie chaque page. Le minimum est d’avoir 1 backlink interne mais c’est tout de même préférable d’en avoir plusieurs, surtout pour les pages stratégiques. Bien sûr, cela dépend de la taille du site, mais d’après notre expérience il faut éviter d’avoir très peu de backlinks internes.

Toujours concernant les backlinks internes, il est intéressant d’étudier aussi les ancres de liens (c’est-à-dire le texte cliquable qui mène à la page, ou bien l’attribut ALT dans le cas d’un lien sur une image). Là aussi, il est préférable d’éviter d’avoir toujours exactement le même texte dans les liens qui pointent vers une page donnée. En variant les ancres de liens, vous rendez les choses plus naturelles ; en plus, vous optimisez pour la longue traîne car la page de destination sera mieux positionnée sur un plus grand nombre de requêtes.

Voilà un exemple de tableau récapitulatif :

Maillage interne
Tableau listant les problèmes rencontrés par RM Tech concernant le maillage interne d’un site audité

Analyse détaillée des balises de titres H1-h3…H6

Jusqu’à présent, RM Tech ne détectait que les pages qui n’avaient pas de balise H1.

Désormais, nous vérifions 9 points d’optimisation de ces balises (ce qui en fait sans doute l’outil le plus complet du marché à ce niveau)…

Ré-évaluation des pages de trop mauvaise qualité

Pour chaque page indexable, notre algorithme QualityRisk évalue le risque qu’elle soit perçue de mauvaise qualité (par l’internaute ou Google). Plus le risque est élevé, plus le score QualityRisk est élevé.

Jusqu’à présent, nous avions estimé qu’il vaut mieux éviter de dépasser le score de 30 (sur 100). Suite à nos nouvelles études (basées sur les milliers d’audits réalisés ces derniers mois), nous avons abaissé ce seuil à 20. Concrètement, le taux d’erreur concernant la qualité est donc le pourcentage de pages indexables dont le score QualityRisk dépasse 20.

Voici un exemple (notez le rouge dans l’histogramme pour QR>20) :

Pages de trop faible qualité
Grâce à l’algorithme maison QualityRisk, RM Tech identifie les pages de trop faible qualité

Testez tout ça maintenant !

Pour découvrir tout ça concrètement lancez un audit dès maintenant